Une douceur pour réchauffer mon coeur d'ardéchoise fidèle. Comme en Corse, la châtaigne a longtemps nourri les paysans pauvres de ces régions au sol difficile à faire fructifier. Pourtant la châtaigne y a trouvé un terrain favorable et s'y est développée jusqu'à devenir la base de l'alimenttaion des hommes comme des bêtes.  Puis, elle est tombée en désamour. C'est allé de pair avec l'exode rural si bien chanté par Jean Ferrat. Pour vous, cette chanson ne vous dit peut-être rien. Mais pour moi, c'est un nombre incalculable de trajets en voiture vers notre Ardèche, avec ma soeur qui chantait à tue-tête "Mon Dieu que la Montagne est belle, comment peut-on s'imaginer...". Pendant 2 heures. Toujours les 3 mêmes couplets. Pendant 2 heures. Je répète pendant 2 heures. Je ne sais pas comment ma mère a fait pour ne pas la laisser au bord du chemin! Et moi avec par la même occasion, puisque moi, je l'accompagnais à la flûte! 

C'est ça je crois, un coeur ardéchois. Un coeur qui n'oublie pas ses racines, qui a des vraies valeurs (l'amour maternel, la complicité fraternelle...), qui a un attachement très fort aux produits de sa terre et plus largement aux produits de la terre. De trois fois rien, il est capable de faire des mets d'exception. Je ne me lasse pas d'aller chercher des champignons. Juste, il faut se donner la peine d'y aller, de marcher, de se baisser, de suer un peu. Mais le bonheur est dans la poêle. Pour rien. Pas un euro. Cette notion est parfois difficle à comprendre quand on vit en ville et que rien n'est donné. Pour rien.

La châtaigne, c'est pareil. D'un fruit que l'on peut donner au cochon pour l'engraisser, on peut aussi faire une merveille: le marron glacé. Oui, car sachez-le, le marron glacé est une variété de chataigne, une des plus grosses, qui se prête bien au confisage. Et le marron glacé, au même titre que le caviar, le foie gras ou le saumon est le roi de nos tables de fête. 

Et justement, en allant à Sabaton à Aubenas, juste avant les fêtes, nous sommes tombés sur une petite merveille! Des marrons au sirop et au cognac. Complètement addictif!!!

Il me restait un demi pot de crème de marrons, une envie de mousse comme un marronsui's, pas d'enfant en vue, j'ai donc décidé de mixer tout ça et d'en faire des mousses de marrons au cognac. Elles sont très simples à faire, pas trop sucrées (on n'utilise que la crème de marron, sans ajout supplémentaire de sucre) et pas grasses du tout puisqu'elles sont montées au blanc d'oeuf et pas à la crème fouettée. 

Moins de blabla et plus d'action, on y va!

Mousse de marron au cognac

Mousse de marron au cognac, comme des Maronsui's mais en fait pas vraiment

Pour 4 belles portions

- 280gr de crème de marrons

- 3 blancs d'oeufs

- 2 feuilles de gélatine

- 2 cuillières à soupe de cognac

- marrons au sirop au cognac ou marrons confits 

 

Plongez les feuilles de gélatine dans un bol d'eau froide pour les ramollir.

Faites chauffer la crème de marron au micro-onde. Attention à ne pas la surchauffer. Je ne l'ai laissé que 30 secondes. 

Essorez les feuilles de gélatines et incorporez-les à la crème de marron chaude. Remuez bien. Ajoutez les 2 cuillères de cognac.

Montez les blancs en neige. Incorporez délicatement la crème de marron aux blancs, avec une maryse pour ne pas casser les blancs.

Versez dans des verres proprement (ou utilisez une poche à douille!) et réfrigérez au moins 3 heures.

Au moment de servir,  déposez un beau marron au sirop sur vos mousses.

Ces mousses ne se conservent pas très longtemps car le froid fait "cuire" les blancs d'oeufs.

Mousse de marron au cognac

Mousse de marron au cognac

Mousse de marron au cognac