Il est de ces biscuits que l'on croise souvent sans jamais y goûter: trop simples, d'aspect rustique, ils ne nous attirent pas... 

Pourtant quand j'ai vu les zézettes de Rosenoisette (oui je sais, c'est bizarre dit comme ça!), j'ai eu envie d'essayer. Pas de les goûter, mais d'essayer de les faire (j'aime bien rouler des boudins!!!)... Après une séance qui tenait plus de l'atelier pâte à sel que de la cuisine pour mon plus grand plaisir, je suis tombée en amour de ces petits biscuits! Le choc gustatif, le truc que tu n'attends pas, le goût indéfinissable de 2 ingrédients associés (l'huile d'olive et le vin...). Et puis ce choc se transforme en addiction. Tu en manges une, puis deux, puis trois... Là, tu te dis qu'il faut arrêter (d'autant plus que tu connais la valeur calorique des ingrédients...) mais tu n'y arrives pas... C'est l'appel de la zézette au fond des bois et tu es incapable d'y résister... 

Et je sais déjà que j'y reviendrai, je recroquerai dans la zézette...

Par contre la prochaine fois, j'essaierai la recette de Rosenoisette... Là j'ai utilisé la recette d'un Saveur Best of... Ah oui, la particularité de mes zézettes (je ne me lasse pas d'écrire ce mot!) c'est qu'à la place du muscat, j'ai mis de la liqueur de vin de Carthagène (voir le chutney de figue pour en savoir plus!)

P1110872

Zézettes de Sète, le biscuit insoupçonnable 


- 250gr de farine

- 70gr de sucre en poudre

- 8cl d'huile d'olive

- 8cl de liqueur de vin de Carthagène (ou de muscat)

- Sucre roux pour la finition

- 1 pincée de sel

 

Préchauffez le four à 170°C.

Dans un bol, réunissez la farine,, le sucre en poudre et la pincée de sel. Versez l'huile et mélangez à la fourchette. Versez le vin pour obtenir une pâte homogène.

Formez de petites boules de pâtes que vous roulerez sous la paume de votre main en jolis boudins aux pointes affinées.

Dans une assiette versez le sucre roux. Roulez vos boudins dans le sucre.

Déposez les boudins sur une plasue silicone et enfournez pour environ 20 minutes. Les pointes de vos zézettes doivent être bien dorées. Laissez refroidir pour qu'ils deviennent bien croustillants.

Et là, je vous laisse avec le choc de la douceur de l'huile d'olive mariée au parfum de la carthagène...

P1110909