Les gâteaux orientaux font partie de ma culture depuis mon adolescence. Ma mère à cette époque travaillait dans les MJC (je crois que ces structures sont malheureusement en voie de disparition alors qu'elles faisaient un travail magnifique dans les quartiers dits sensibles...) et elle ramenait ces douceurs sucrées et si exotiques à la maison. Je les ai toujours associées au partage, au plaisir de faire plaisir mais aussi et surtout à une façon de concevoir la vie en société. Le don comme manière de faire attention à l'autre, de lui donner de l'importance et d'en concevoir de la joie. Les gâteaux que ma mère ramenait n'étaient pas toujours très bons ou très jolis mais ils étaient faits avec le coeur et offert de la même manière.

Aujourd'hui, mon goût s'est affiné et je peux parcourir des kilomètres pour trouver une pâtisserie orientale au même titre qu'une pâtisserie traditionnelle française, je sais qu'il n'y a pas que les makroudes et les cornes de gazelle dans la vie, que la pâtisserie orientale est aussi voire plus riche que la pâtisserie française. Mais je suis toujours aussi étonnée que les gens ne soient pas plus curieux, qu'ils n'aient pas plus envie de découvrir un patrimoine culinaire différent du leur. Je pense que cet étonnement est d'autant plus fort que je vis dans une ville fortement métissée (Marseille) et qu'il est très facile de trouver ces produits, beaucoup plus facile que dans certains villages de campagne (quoique!!!). Je pense que nous devrions tous être plus curieux des autres, un peu moins centrés sur ce que nous connaissons trop bien. La curiosité est un si joli défaut!

Bon, vous l'aurez compris, j'ai mangé beaucoup de gâteaux... Mais jusqu'à présent, je ne m'étais jamais lancée dans leur réalisation. Je pensais que c'était trop compliqué (comme souvent!) et que je n'aurais pas les bons gestes. Mais un paquet de pâte filo à peine entamé m'a obligée (oui, obligée!) à me lancer. Et je ne suis pas déçue, je ne fais qu'agrandir mon patrimoine culinaire...

Baklava rolls

Baklava rolls, la gourmandise comme trait d'union

- 1 paquet de pâte filo

- 1 plaque de 250gr de beurre doux fondu

- 180gr d'un mélange d'amandes, noisettes et noix de pécan (mais vous pouvez choisir celles que vous préférez!)

- 50gr de miel neutre 

- 2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger

Préchauffez le four à 170°C.

Déposez une feuille de pâte à filo sur votre plan de travail. Badigeonnez de beurre fondu. Parsemez du mélange d'amandes et noix concassées (mais pas en poudre, il faut qu'il reste quelques morceaux! Je vous conseille de les piler avec le bout d'un rouleau à pâtisserie ou un au pilon dans un mortier!).

Utilisez une baguette ou le manche d'une cuillère en bois pour rouler la feuille autour. 

Badigeonnez une nouvelle feuille de pâte à filo de beurre fondu et venez la rouler autour de la première sur le manche de cuillère en bois. Prenez chaque extrémités et serrez vers le milieu pour obtenir un joli plissé. Sortez votre boudin plissé délicatement du manche. Roulez-le en un joli escargot et déposez-le dans un plat beurré.

Recommencez jusqu'à ce que votre plat soit rempli et/ou que vous n'ayiez plus de feuille de filo!

Badigeonnez de beurre le dessus des escargots et enfournez pour environ 30 minutes. Les baklavas doivent être bien dorées.

Faites chauffer doucement le miel. Ajoutez l'eau de fleur d'oranger. Badigeonnez les baklavas de ce miel parfumé, généreusement. 

Laissez refroidir et savourez!

Baklava rolls

Baklava rolls